Kering et BSR s’intéressent aux rapports entre luxe et changement climatique

Publié le 10/11/2015 par Mathilda Panigada
Partager sur les réseaux sociaux :

À l’aube de la COP21, le sujet du changement climatique est présent sur toutes les lèvres, et notamment sur celles des décideurs du luxe. Engagé depuis plusieurs années dans les thématiques liées à la préservation de l’environnement et l’éco-responsabilité, le groupe Kering collabore avec BSR (Business for Social Responsibility) et publie un rapport qui explore les liens entre luxe et changement climatique.

Intitulé « Changement climatique : implications et stratégies pour le secteur de la mode et du luxe », le rapport s’interroge sur les potentiels impacts du réchauffement climatique sur les entreprises, et délivre des recommandations pour permettre l’élaboration de modèles économiques plus durables et responsables. Selon le Carbon Disclosure Project, si la moitié environ des émissions de carbone d’une entreprise sont généralement issues de sa chaîne d’approvisionnement, la majorité d’entre elles proviennent de la production des matières premières et des premières étapes de traitement dans le secteur du luxe.

En plus des menaces qui pèsent sur l’ensemble des secteurs, le luxe devra faire face à la potentielle pénurie de matières premières, dont il est grandement dépendant, mais qui s’avèrent être parmi les plus vulnérables quant au changement climatique. À ce titre, le rapport analyse les résultantes du réchauffement climatique sur les matières premières stratégiques à l’instar du coton, du cachemire, de la soie ou encore du cuir, et délivre des solutions tangibles pour renforcer la résilience des chaînes d’approvisionnement des entreprises du luxe.

« Le secteur du Luxe reposant sur des matières premières de haute qualité, nous devons comprendre les vulnérabilités auxquelles nous expose le changement climatique et nous montrer proactifs en renforçant la résilience de nos chaînes d’approvisionnement », a déclaré Marie-Claire Daveu, directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering. « De fait, la mise en œuvre d’une stratégie climatique ambitieuse au niveau de l’entreprise n’est pas négociable. Ce faisant, les entreprises vont découvrir des opportunités de réduire leurs risques et d’atteindre leurs objectifs économiques tout en apportant une contribution significative à l’environnement et, plus largement, à la société ».

Récemment, le groupe de luxe s’était engagé auprès du réalisateur Luc Jacquet en tant que co-producteur du film La glace et le ciel, retraçant l’histoire du glaciologue Claude Lorius, l’un des premiers à révéler au monde la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015