Sans LVMH, le lunetier LOGO menacé de fermeture

Publié le 26/09/2016 par Abc-luxe
Partager sur les réseaux sociaux :

Les employés du lunetier LOGO, installé à Moretz dans le Jura et placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Lyon depuis le mois de mai dernier, sont descendus dans la rue mardi 20 septembre afin de faire entendre leur inquiétude et leur colère.

En cause, la décision du groupe LVMH de ne pas renouveler la licence exclusive pour les marques TAG Heuer et Fred, qui représentent près de 97% des 40 millions de chiffre d’affaires de la société jurassienne.

LOGO était en charge depuis 1999 de la conception, la fabrication et la commercialisation des montures haut de gamme des lunettes TAG Heuer et Fred, deux filiales du groupe de luxe LVMH, avant que celui-ci annonce au mois de décembre le non renouvellement des licences qui courent jusqu’en 2018. Selon l’avocat de la société, LVMH aurait également levé l’obligation de fabriquer en France, jusqu’à présent imposée à ses sous-traitants. Une décision qui pourrait marquer le clap de fin pour le fabricant de lunettes, qui emploie 220 salariés dans le Jura.

Dans un communiqué, LVMH a défendu sa décision, mettant en cause « la gestion défaillante de la direction actuelle de la société et de son actionnaire » et précisant que TAG Heuer avait fait part à LOGO de sa volonté de ne pas renouveler sa licence dès 2014.

Le 20 septembre, entre 300 et 500 manifestants ont défilé dans les rues de Moretz (5 000 habitants) afin de soutenir les salariés du lunetier et d’alerter le gouvernement sur le sort réservé à l’entreprise.

LOGO a jusqu’au 4 octobre pour trouver un repreneur. Deux sociétés étrangères se seraient déjà manifestées.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015