Diamant : croissance des ventes de + 3 % dans un marché mondial morose

Publié le 21/12/2016 par Abc-luxe
Partager sur les réseaux sociaux :

Le cabinet de conseil Bain & Company dévoile les résultats de sa dernière étude mondiale sur le marché du diamant, réalisée pour le Centre mondial des diamants d’Anvers (AWDC). Si en 2015 le secteur a connu une performance morose, une petite étincelle se laisse entrapercevoir grâce à une hausse des ventes de détail de l’ordre de + 3 %, insuffisante cependant pour enrayer le fléchissement de - 2 % du revenu mondial, lié à des effets de change négatifs et au ralentissement de la demande en Chine.

La tendance est également à la baisse pour le marché intermédiaire, pour lequel les revenus en dollars enregistrent également une baisse de l’ordre de - 2 %, tandis que les ventes de diamants bruts ont chuté de - 24 %, du fait d’une baisse des volumes d’achat dans le secteur de la taille et du polissage en raison d’un excédent de stock chez les détaillants.

« En 2015, le marché des diamants de joaillerie et les segments intermédiaires ont fait preuve d’une relative stabilité, mais on ne peut pas en dire autant pour les producteurs de diamants bruts, qui ont enregistré une baisse à deux chiffres », précise Olya Linde, associée chez Bain & Company et auteur du rapport.

Les Millennials, la clef pour redonner de l’élan au secteur ?

Dans le cadre de son étude, le cabinet Bain & Company a interrogé plus de 1 500 Millennials en Chine, en Inde et aux États-Unis, afin d’en savoir plus sur leurs attentes, leurs perceptions et leurs comportements en matière de diamants. Une enquête qui rend compte de fortes similitudes avec les générations précédentes, notamment en termes de parts de marché, de niveaux de dépenses ou de perception positive des diamants de joaillerie. Estimé dans ces pays à 900 millions en 2015, leur revenu brut à l’heure actuelle (8 000 milliards de dollars) pourrait doubler d’ici 2030. En Chine et en Inde, le diamant reste numéro 1 du top 3 des cadeaux préférés à offrir, tandis qu’il se place en 3e position aux États-Unis, derrière les dons en espèces et l’électronique.

Du point de vue des comportements d’achat, force est de constater qu’il est fondamental pour les acteurs du secteur de repenser leurs stratégies en les adaptant aux différentes zones géographiques. En effet, aux États-Unis, les Millennials privilégient Internet pour l’achat de bijoux, tandis qu’en Inde ils se rendront plutôt en grand magasin et chez des détaillants spécialisés en Chine.

« À l’heure où la génération des Millennials entre dans la période des premières dépenses, l’industrie du diamant doit s’adresser à elle sans tarder pour nouer un lien d’engagement », conclut Grégoire Baudry, associé chez Bain & Company et membre du pôle de compétences distribution au bureau de Paris.

Une reprise de la croissance attendue à long terme

Même si le secteur devait encore rencontrer quelques obstacles à moyen terme, liés aux incertitudes sociales, politiques et économiques et aux nombreux approvisionnements de diamants qui devraient encore arriver sur le marché malgré la baisse de la demande, Bain & Company se montre plus positif quant à la reprise de la croissance à long terme.

« Grâce à sa méthodologie exclusive, Bain prévoit un rééquilibrage de l’offre et de la demande sur le marché du diamant brut à l’horizon 2019-2020. Les fondamentaux solides des États-Unis et l’essor de la classe moyenne en Inde et en Chine laissent présager l’atteinte d’un point d’inflexion dans la baisse de la demande en diamants bruts, pour connaître à long terme une croissance entre 2 et 5 pourcents par an en moyenne. L’offre en diamants bruts extraits devrait quant à elle diminuer de 1 à 2 pourcents par an en valeur jusqu’à 2030 », indique le cabinet dans un communiqué.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015