Décès du couturier André Courrèges, visionnaire et révolutionnaire

Publié le 11/01/2016 par Mathilda Panigada
Partager sur les réseaux sociaux :

Le couturier André Courrèges est décédé jeudi 7 janvier, à l’âge de 92 ans, après un long combat contre la maladie de Parkinson.

C’est un nom légendaire de l’industrie de la mode qui s’est éteint. Couturier visionnaire, inspiré, habile et ingénieux, André Courrèges s’était illustré par ses créations résolument avant-gardistes, qui avaient révolutionné l’univers de la Haute Couture dans les années 60.

Né à Pau en 1923, André Courrèges a tout juste 22 ans lorsqu’il débarque à Paris, avec la ferme intention de devenir couturier, bien que fraîchement diplômé de l’école des Ponts et Chaussées. Après quelques mois passés chez Jeanne Lafaurie, c’est aux côtés du maître espagnol Cristobal Balenciaga qu’André Courrèges apprendra le métier, durant près de dix ans. Lorsqu’il quitte la maison suivi par sa compagne Coqueline (qu’il épousera quelques années plus tard), afin de fonder sa propre entreprise, la mode est en plein renouvellement. Les années 60 marquent l’époque de toutes les révolutions : sexuelles, politiques, morales ou artistiques. La femme se libère, et Courrèges l’accompagne. Il introduit en France la minijupe de Mary Quant, symbole d’une jeunesse libérée, les robes trapèzes et les lignes géométriques témoignant à la perfection de sa formation d’architecte, atténue le contraste entre tenues du jour et du soir, introduit le vinyle dans la conception des tenues et célèbre le blanc immaculé, décliné aussi bien pour l’été que pour l’hiver.

En l’espace d’une décennie, André Courrèges aura révolutionné les codes de la mode, de l’élégance traditionnelle et de la féminité de façon générale. Passée entre les mains du groupe japonais Itokin avant de revenir à André et Coqueline Courrèges quelques années plus tard, la société est depuis 2011 la propriété de Jacques Bungert et Frédéric Torloting, qui avaient fait le pari de réveiller cette belle endormie. Un pari qui n’en est encore qu’à ses prémices, mais qui laisse entrevoir un futur radieux pour Courrèges, conduit par le tandem Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant à la direction artistique, avec la volonté de ranimer l’esprit de la maison.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015