Rencontre avec Daniel Wertel et Priscilla Jokhoo à l’initiative du premier salon TRAFFIC

Publié le 21/10/2015 par Mathilda Panigada
Partager sur les réseaux sociaux :

Les 4 et 5 novembre prochains se tiendra au Carreau du Temple la toute première édition du salon TRAFFIC, lancée sous l’égide de la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF) avec le soutien de DEFI. L’évènement aura pour mission de mettre en relation marques de mode et interlocuteurs les plus adaptés pour répondre à toutes leurs problématiques. Résolument axé business, le salon TRAFFIC s’impose comme un rendez-vous incontournable aussi bien pour les marques de mode que pour les prestataires et experts de l’industrie. Afin d’en savoir un peu plus sur les enjeux et ambitions qui ont motivé la mise en place du salon TRAFFIC, Abc-luxe a rencontré Daniel Wertel, président de la FFPAPF et Priscilla Jokhoo, directrice du service Entreprises et directrice du salon.

Quelles ont été vos ambitions pour ce salon TRAFFIC ?
PJ : Le salon TRAFFIC s’illustre comme la synthèse en deux jours de tout ce que nous accomplissons dans l’année. C’est une réponse à des besoins réels de la part des jeunes marques de mode, comme des plus aguerries. En tant que représentant et partenaire business principal des entreprises de mode, le concept du salon s’est imposé comme une évidence pour leur permettre de rencontrer les spécialistes de différents secteurs, aptes à répondre à leurs problématiques et leur apporter les solutions adaptées. Mais c’est également la volonté de mettre en place un salon dans lequel, pour une fois, les marques de mode seront actives, elles seront les visiteurs et non plus les visitées. C’est également l’opportunité d’ouvrir notre réseau pour rendre les informations accessibles.
DW : L’ambition est avant tout de servir les entreprises, tout en leur permettant de se développer et de se pérenniser. Le salon s’inscrit donc dans la ligne directe de notre action, car nous avons ressenti un besoin des marques face à un accès à l’information. L’idée du salon est exclusivement de rendre service, de faciliter les échanges, d’apporter des précisions à des questionnements récurrents.

Concrètement, comment va s’illustrer le salon TRAFFIC en terme de chiffres ?
PK : Nous avons prévu de recevoir 80 exposants, répartis en six univers : export, gestion et finance, supply chain, commerce et retail, marketing et communication, et enfin innovation. Nous aurons en sus un espace entièrement dédié à la création d’entreprise destiné aux marques en phase d’amorçage. Les visiteurs pourront également avoir accès à une douzaine de conférences, réparties sur les deux jours, notamment sur la mode et les objets connectés, l’optimisation du patrimoine du dirigeant, le crédit d’impôt collection, ou encore les influenceurs en 2016. Enfin, nous aurons des workshop pays qui auront pour but d’analyser la distribution et les spécificités de treize marchés internationaux. L’ensemble du programme est à découvrir sur le site web du salon.
DW : En terme de visiteurs, nous attendons pas moins de 1 000 marques.

Qu’entendez-vous par « innovation » ? Par quoi cela passe-t-il dans l’industrie de la mode ?
DW : Il y a toujours une ambiguïté derrière le terme « innovation ». Lors du salon TRAFFIC, nous aurons pour ambition d’apporter une dynamique de réflexion aux entreprises. Cela peut aussi bien être relatif à la communication digitale qu’à la fashion technology et l’impression 3D, etc.

Comment s’est déroulé le processus de sélection des exposants ?
PJ : Il s’agit pour la plupart de prestataires que nous connaissons déjà, car nous avons travaillé avec eux auparavant et nous étions partenaires. Nous avons lancé un appel et nous avons eu beaucoup de réponses positives. D’ailleurs, certains n’ont encore jamais exposé, et le salon TRAFFIC sera leur première fois.

À ce propos, pouvez-vous nous donner quelques exemples d’exposants ?
DW : Les visiteurs pourront rencontrer des prestataires et experts venus de la CCI (France, Japon et Ile-de-France), de Business France, de HSBC, UPS, myCTC, The Other Store, Unibail-Rodamco, Carlin International, le cabinet d’études Pascal Monfort, Modelab ou encore ADC Au-delà du cuir. La liste des exposants est à découvrir en intégralité sur le site web du salon.

Y aura-t-il uniquement des marques de mode parmi les visiteurs ?
PJ : De mode, de lingerie, d’accessoires... De luxe, de grande diffusion, d’entrée de gamme, tout le monde va se mélanger, car tout le monde a une raison de venir. Pour un chef d’entreprise, sur l’ensemble des 80 exposants, s’il ne devait trouver qu’une seule idée qui agisse comme levier pour l’entreprise, il n’aurait pas perdu sa journée.

Avez-vous prévu des éditions ultérieures ?
PJ : Nous avons d’ores et déjà prévu une édition pour l’année prochaine, même lieu, même période.

Le mot de la fin ?
DW : Rendez-vous les 4 et 5 novembre, nous sommes prêts.

Commandez votre badge pour le salon TRAFFIC

Interview réalisée par Mathilda Panigada pour Abc-Luxe.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015