Alors que les révélations s’enchaînent à Hollywood et continuent d’ébranler l’industrie du cinéma suite à l’affaire Weinstein et au mouvement #metoo, le monde de la mode se heurte également à de nombreux scandales. Après les accusations à l’encontre de plusieurs photographes de mode, parmi lesquels Terry Richardson, Bruce Weber, Mario Testino ou encore Patrick Demarchelier, au mois de février dernier, c’est Paul Marciano, cofondateur de la griffe Guess, qui faisait à son tour l’objet d’accusations pour agression sexuelle.

Des charges qui avaient fait suite à une interview de Kate Upton publiée dans le magazine Time, dans laquelle la mannequin accusait le dirigeant de l’avoir harcelée et forcée à des attouchements à plusieurs reprises lors de séances photo pour la marque en 2010. Des propos que Paul Marciano avait qualifié d’« absolument faux et d’absurdes », assurant n’avoir jamais touché Kate Upton « de façon inadéquate ». Par la suite, plusieurs femmes, notamment des mannequins ayant travaillé pour la marque, s’étaient élevées pour dénoncer le comportement de Paul Marciano. Au mois de février dernier, le fondateur et dirigeant de Guess avait été écarté de toute responsabilité opérationnelle au sein du groupe en attendant les résultats de l’enquête.

Ce mardi 12 juin, le groupe Guess a finalement annoncé la démission de Paul Marciano de ses fonctions de président, mais également de responsable de la création, qu’il quittera début 2019. Une annonce qui intervient après la remise au conseil d’administration du groupe, d’un rapport sur les accusations visant le dirigeant. Selon un document publié par l’autorité des marchés américaine, les membres du conseil d’administration auraient été dans l’impossibilité de trancher avec certitude sur le comportement de Paul Marciano, dans la mesure où les enquêteurs ont estimé que la version donnée par les victimes présumées et celle de Marciano étaient toutes deux crédibles, indiquant que l’homme d’affaires s’était « placé dans des situations susceptibles de susciter des accusations de comportement déplacé ».

Suite à la remise de ce rapport,  le groupe Guess et son cofondateur ont annoncé avoir conclu des accords amiables avec cinq personnes, indemnisées à hauteur de 500 000 dollars au total, en plus du départ de Paul Marciano du poste de président et responsable de la création. Une décision saluée par Lisa Bloom, l’avocate de quatre victimes présumées, qui a toutefois précisé qu’elle et ses clientes étaient déçues que l’homme d’affaires conserve son siège au conseil d’administration du groupe. « Nous ne pensons pas qu’un homme confronté à des accusations aussi crédibles d’agressions sexuelles puisse diriger une société, surtout une société dont les produits sont destinés essentiellement aux femmes », a commenté l’avocate.

PARTAGEZ CET ARTICLE :