L’hôtelier français AccorHotels a confirmé dimanche 3 juin une information relayée par le quotidien Les Echos, selon laquelle il pourrait prochainement entrer au capital de Air France KLM. Selon le journal, le leader européen de l’hôtellerie envisagerait de racheter les 14,3% de parts détenues par l’Etat au capital de la compagnie d’aviation. 

Si la rumeur d’une potentielle sortie de l’Etat du capital d’Air France KLM est régulièrement évoquée, cette fois pourrait être la bonne. Selon Les Echos, l’Etat réfléchirait sérieusement à cette éventualité, dans la mesure où le géant de l’hôtellerie AccorHotels aurait manifesté son intérêt pour lui racheter les 14,3% de parts qu’il détient au capital de Air France KLM. Si Bercy comme AccorHotels se sont refusés à tout commentaire, le quotidien indique que trois scénarios pourraient être pris en compte dans le cadre de cette opération : un rachat total des parts de l’exécutif par AccorHotels, un rachat partiel, ou encore un « swap », dans le cadre duquel, l’Etat recevrait des actions Accor en échange de ses parts dans Air France KLM, lui permettant ainsi de conserver un droit de regard sur la compagnie aérienne tout en rentrant au capital de l’hôtelier.

Un projet industriel de croissance
Dimanche 3 juin, le groupe AccorHotels confirmait l’information selon laquelle il pourrait se rapprocher de Air France KLM, en indiquant dans un communiqué avoir « repris les réflexions » quant à une éventuelle prise de participation minoritaire au capital de l’alliance franco-néerlandaise. Des réflexions qui en seraient pour l’instant au stade préliminaire, comme le précise l’hôtelier : « Il n’existe aucune certitude sur le fait que ces initiatives donneront lieu à un quelconque accord ou une quelconque mise en œuvre ».

Ça n’est pourtant pas la première fois que les deux groupes envisagent un rapprochement, puisque de nombreuses discussions avaient déjà été menées au cours de ces dernières années dans le but de mettre en place « des projets digitaux communs et une plateforme commune de fidélisation et de services » afin d’améliorer l’expérience des voyageurs. « Ces réflexions comportaient l’éventualité d’une prise de participation minoritaire au capital d’Air France KLM afin de conforter ce projet industriel de croissance » précise AccorHotels.

Suite à l’annonce de ce potentiel rapprochement, l’action de Air France KLM grimpait de plus de 7% à la Bourse de Paris, tandis que celle d’AccorHotels dévissait de -7%, traduisant la surprise des investisseurs quant à une telle opération, alors que le groupe menait depuis plusieurs mois un plan d’acquisitions ciblées dans le secteur de l’hôtellerie haut de gamme. Rappelons également que Air France KLM est confronté depuis près de trois mois à une crise sociale d’envergure, qui s’est soldée au mois de mai dernier par la démission de son PDG Jean-Marc Janaillac, après que sa proposition d’accord salarial ait été refusée par référendum.

PARTAGEZ CET ARTICLE :