Au troisième trimestre de l’exercice 2018, le groupe Hermès a vu ses ventes atteindre 1,46 milliard d’euros, en hausse de +9,4% en données publiées. À taux de change constants, la croissance a ralenti à +9,6%, contre +11,6% au second trimestre. Des performances qui restent toutefois supérieures aux prévisions des analystes, qui tablaient sur +9%, grâce à la division Maroquinerie du groupe, qui revendique une hausse de +11,7% (après une progression de 8,4% au trimestre précédent).

Au cours des neuf premiers mois, le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’élève à 4,31 milliards d’euros et progresse de +11% à taux de change constants et de +7% à taux de change courants. Une croissance qui s’observe sur l’ensemble des marchés du groupe : l’Asie hors Japon progresse de +14%, l’Amérique profite d’une demande soutenue et affiche une hausse de +13%, l’Europe hors France (+7%) et la France (+7%) réalisent de solides performances malgré des bases de comparaison élevées au troisième trimestre l’année dernière, avec notamment « de belles progressions au Royaume-Uni, en Italie ainsi que dans les magasins parisiens », indique le groupe dans un communiqué.

Même constat du côté des différents métiers du groupe, où la Maroquinerie-Sellerie progresse de +9,2%, tandis que la division Vêtement et Accessoires poursuit sa très belle dynamique et affiche une croissance de +15%.

Alors que des inquiétudes ont émergé concernant l’évolution de la clientèle chinoise, avec la baisse de la Bourse de Shanghai et le conflit commercial avec les Etats-Unis, Axel Dumas, gérant du groupe, a déclaré lors d’une conférence téléphonique avec la presse, ne percevoir « aucun changement de tendance à ce stade ». Le groupe a également confirmé un objectif de progression du chiffre d’affaires à taux constants « ambitieux ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :