C’est l’un de ses plus grands noms que pleurait ce lundi le monde de la gastronomie. Christian Millau, cofondateur du mythique guide Gault&Millau et chef de file de la Nouvelle Cuisine, s’est éteint dans la nuit du samedi 5 août.

Editorialiste, écrivain, critique gastronomique au palais et à la plume affûtée, il était à l’origine du célèbre guide gastronomique Gault&Millau, initié en 1969 avec son confrère Henri Guault, disparu en 2000. Désormais incontournable et distribué dans douze pays, l’ouvrage avait lors de son lancement, vocation  à dépoussiérer les codes très figés de la critique gastronomique, alors principalement incarnée par le guide Michelin. En 1973, les deux compères avaient lancé la Nouvelle Cuisine, un mouvement articulé autour de la valorisation du produit, et qui tient en quelques commandements : « Tu ne cuiras pas trop » ; « Tu utiliseras des produits frais et de qualité » ; « Tu élimineras les sauces riches » ; « Tu ne truqueras pas tes présentations » ; « Tu seras inventif »…

« Ces commandements de la nouvelle cuisine ont apporté un big bang dans l’univers de la gastronomie de l’époque. C’était alors une cuisine où les chefs n’étaient pas encore mis à l’honneur, très traditionnelle, avec des viandes plutôt faisandées, des sauces lourdes, de la crème du beurre »… souligne Côme de Chérisey, directeur général du Gault&Millau.

Egalement journaliste et grand reporter, Christian Millau avait prêté sa plume à plusieurs quotidiens et magazines, notamment Le Monde, l’Express et Le Point. Depuis 1995, il se consacrait à l’écriture de romans, et avait notamment obtenu le Grand Prix de la biographie de l’Académie française et le prix Joseph-Kessel pour son ouvrage Au galop des hussards, puis le Prix du livre incorrect pour Journal impoli.

PARTAGEZ CET ARTICLE :