C’est le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de la maison Schiaparelli. Après l’annonce du départ de Bertrand Guyon, son directeur artistique depuis 2015, la maison de couture accueille Daniel Roseberry en qualité de directeur artistique pour l’ensemble des collections, des projets et de l’image.

Âgé de 33 ans et diplômé du Fashion Institut of Technology de New York, Daniel Roseberry a fait ses armes auprès de Thom Browne durant dix ans, en tant que directeur du design des collections homme et femme. Sa nomination à la tête de Schiaparelli marque sa première expérience en tant que directeur artistique d’une maison à part entière.

C’est un honneur et une grande joie de reprendre là où Mme Schiaparelli s’était arrêtée il y a environ 85 ans. Schiaparelli était une experte en matière de modernité ; son travail reflétait le chaos et l’espoir de la période agitée dans laquelle elle vivait. Aujourd’hui, nous nous trouvons également face à des questions semblables qui façonnent notre identité : à quoi ressemble l’art ? Qu’est-ce que l’identité ? Comment s’habille-t-on pour la fin du monde ? Schiaparelli a répondu à ces questions avec franchise et humour, mais l’un de ses plus grands héritages est peut-être son engagement dans la fantaisie, sa compréhension du fait que nous avons besoin de fantaisie dans des temps compliqués. Je veux apporter mes propres réponses à ces questions et proposer un fantasme – un rêve – qui semble pertinent et nécessaire aujourd’hui. C’est pour moi un privilège de collaborer avec les remarquables talents de l’atelier Schiaparelli, dans le respect des traditions de la Haute Couture, pour transporter la légende et le mythe de cette Maison historique dans le futur », a déclaré Daniel Roseberry.

La semaine dernière, la maison détenue depuis 2006 par l’entrepreneur italien Diego Della Valle, qui l’avait relancée en 2012, avait annoncé le départ de Bertrand Guyon, son directeur artistique depuis 2015, sans préciser les raisons de cette rupture.

PARTAGEZ CET ARTICLE :