Les dés semblent enfin jetés concernant l’avenir de la maison Bally. Après plusieurs mois de négociations, le groupe chinois Shandong Ruyi s’est porté acquéreur du chausseur et maroquinier suisse, détenu jusqu’à présent par JAB Luxury, filiale de la société d’investissement luxembourgeoise JAB Holding. 

Après avoir cédé Jimmy Choo au groupe Michael Kors et la griffe Belstaff au géant de la pétrochimie Ineos, JAB Luxury avait fait part au mois d’avril 2017 de sa volonté de se séparer de Bally, dans le but d’opérer un repositionnement stratégique vers les biens de consommation courante.

Déjà propriétaire de la griffe Lycra, du groupe français SMCP, ou encore de la marque britannique Aquascutum, le géant du textile Shandong Ruyi avait témoigné son intérêt pour acquérir Bally. Après plusieurs mois de négociations, JAB Luxury a annoncé vendredi dernier sa décision de céder une part majoritaire du capital de la griffe au groupe chinois. Le montant de l’opération n’a pas été communiqué, mais la société allemande conservera une part minoritaire au capital de Bally.

« Il s’agit d’une étape importante dans la stratégie du groupe Shandong Ruyi pour devenir un leader mondial du secteur de la mode », souligne Yafu Qiu, président du groupe Shandong Ruyi. « Nous sommes impatients à l’idée d’accompagner Bally dans le développement de sa croissance et pour renforcer la marque à l’échelle mondiale ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :