Selon Reuters, le magasin de luxe Barneys serait en train d’explorer différentes options afin de faire face aux difficultés qu’il rencontre actuellement, parmi lesquelles le dépôt de bilan. 

Fondée en 1923, la chaîne américaine ferait actuellement face à un manque de liquidités provoqué par la hausse des loyers à Manhattan. En janvier dernier, le montant du loyer annuel de son flagship iconique sur Madison Avenue à notamment bondi d’environ 16 millions à 30 millions de dollars. L’enseigne aurait fait appel au cabinet d’avocats  Kirkland & Ellis LLP pour se préparer à un éventuel dépôt de bilan, qui pourrait survenir dans les prochaines semaines, ont déclaré des sources proches du dossier. Toutefois, d’autres options sont également à l’étude afin d’éviter le dépôt de bilan, telles qu’une vente ou une garantie de financement supplémentaire.

« Chez Barneys New York, nos clients restent notre priorité absolue et nous nous engageons à leur fournir les excellents services, produits et expériences auxquels ils s’attendent« , a déclaré la société dans un communiqué. « Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec tous nos partenaires commerciaux pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et maximiser la valeur. À cette fin, notre conseil d’administration et la direction évaluent activement les possibilités de renforcer notre bilan et d’assurer la croissance et le succès durables et à long terme de notre entreprise« .

Barneys, qui revendique un chiffre d’affaires de 850 millions de dollars, est l’un des nombreux retailers devant faire face à des difficultés en raison de la hausse du prix des loyers, mais aussi de l’augmentation des achats en ligne de la part de la clientèle. En 2017, Ralph Lauren avait fermé son flagship de la Cinquième Avenue à Manhattan, suivi par Lord & Taylor l’an dernier, et Calvin Klein au printemps. En janvier dernier, c’est la chaîne Sears qui était passée à deux doigts de la liquidation, rachetée de justesse par son président Edward Lampert.

PARTAGEZ CET ARTICLE :