Après cinq mois de négociations, le groupe Mondadori va finalement céder sa filiale française au groupe Reworld Media, qui devient ainsi le premier groupe de presse magazine en France. 

Après plusieurs mois de rumeurs, de négociations et de craintes de la part des salariés, la nouvelle a finalement été officialisée : Reworld Media s’empare de Mondadori France, éditeur des magazines Grazia, Closer, Biba, Pleine Vie, Science et Vie ou encore Télé Star. Le groupe français Reworld, propriétaire pour sa part de Marie-France, Be, Auto Moto et Maison & Travaux, va en effet acquérir 100% du capital de la filiale française du groupe italien Mondadori, détenu par la holding Fininvest de la famille Berlusconi, pour la somme de 70 millions d’euros, dont 60 millions payés en cash avec un financement par endettement et les 10 restants par le biais de rachats d’actions.

Dans le cadre de cette transaction, la plus importante de son histoire, Reworld Media devient le premier éditeur de la presse magazine en France. « Un rapprochement de Reworld Media avec Mondadori France donnerait naissance à un des principaux acteurs européens des médias avec plus de 50 marques media sur des thématiques phares (femme, auto/sport, décoration, nature, sciences/loisirs, infodivertissement) dans l’édition magazine et digitale, plus de 1.100 collaborateurs répartis dans 11 pays et un volume d’activité annuel proche de 500 millions d’euros », a souligné Reworld Media dans un communiqué.

Mais du côté des 700 salariés de Mondadori, l’annonce de la transaction a suscité de vives inquiétudes, et plusieurs mouvements de grèves ont été conduits depuis le début des négociations entre les deux groupes. Il faut dire que Reworld pâtit d’une réputation sulfureuse dans l’univers de la presse française, de par son business model quasi-entièrement articulé autour de la création de contenus publicitaires, sa propension à pousser les journalistes des médias qu’il acquiert vers la sortie au profit de postes de « chargés de contenu », chargés de réaliser des articles financés par des marques et annonceurs.

Selon l’intersyndicale de Mondadori France, une trentaine de salariés des magazines du groupe auraient déjà quitté leurs fonctions depuis l’annonce du rapprochement avec Reworld il y a quelques mois.

PARTAGEZ CET ARTICLE :