Les mannequins et les influenceurs de demain seront-ils tous virtuels ? Il semblerait en tout cas que la tendance prenne de l’ampleur, si l’on en croit le nombre affolant d’abonnés que recensent sur Instagram les comptes de ces avatars numériques, à l’allure parfois plus vraie que nature : plus de 98 000 pour l’influenceuse Bermuda, 135 000 pour le mannequin homme Ronnie Blawko, et plus de 1,4 million pour la chanteuse Lil Miquela, qui s’est récemment offert le luxe d’une collaboration avec la maison Prada.

Dernière en date a avoir succombé aux charmes virtuels de ces influenceurs 3.0, la maison Balmain qui, sous l’impulsion de son directeur artistique Olivier Rousteing, lève le voile sur sa première « Balmain Army » virtuelle. En lieu et place de Kendall Jenner, Gigi Hadid et autres Jourdan Dunn, la marque a choisi Margot, Shudu et Zhi, trois mannequins virtuels ou mannequins CGI (Computer-generated imagery). Pour donner vie à cette campagne, Balmain a fait appel au célèbre photographe Cameron-James Wilson, créateur de la mannequin Shudu, qui se revendique comme la « première supermodel digitale au monde » auprès de ses 141 000 abonnés.

Un pari audacieux pour la maison, qui a expliqué son choix sur Instagram : « Les nouvelles troupes virtuelles reflètent la diversité, la confiance en soi et la soif d’explorer de nouveaux univers. Tout le monde sera toujours bienvenu pour rejoindre la #BALMAINARMY ».

Toutes de Balmain vêtues, les trois nouvelles e-égéries prêtent notamment leur image aux nouveaux sacs Bbox de la maison.

PARTAGEZ CET ARTICLE :