Le chausseur de luxe britannique, racheté au mois de juillet dernier par l’Américain Michael Kors, a publié des résultats en hausse pour le premier semestre de l’exercice 2017, clos au 30 juin. 

Malgré un contexte toujours difficile, Jimmy Choo PLC a vu ses ventes progresser de +16,5% au premier semestre 2017, soit +4,5% à taux de change constants, à 201 millions de livres sterling. Le bénéfice avant impôts s’envole +174,2% à 18,1 millions de livres, tandis que l’EBITDA ajusté se hisse à 37,4 millions, en progression de +19,5%. Les performances du groupe ont notamment été portées par l’activité retail, en hausse de +6,7% à taux de change constants, et les licences qui revendiquent une progression de +24,3%. Le wholesale en revanche, affiche un recul de -1,6%.

« Nous sommes ravis de nos performances au cours de la période, avec une croissance de nos revenus et de nos marges, malgré des conditions de marché toujours difficiles, souligne Pierre Denis, CEO de Jimmy Choo PLC. Notre stratégie à long terme consiste à entretenir l’ADN unique de la marque, à nous efforcer d’atteindre l’excellence en matière de business et à améliorer l’expérience client afin de générer une croissance et une rentabilité en hausse, et de tirer profit des investissements importants que nous avons réalisés jusqu’à présent. Nous avons progressé au cours de la première moitié de l’année, et nos prévisions sont bonnes pour le reste de l’exercice ».

Au mois de juillet dernier, la griffe américaine Michael Kors annonçait avoir réalisé l’acquisition du chausseur Jimmy Choo pour un montant de 896 millions de livres, soit près d’un milliard d’euros. Dans un communiqué, l’entreprise Michael Kors avait fait part de sa volonté de soutenir le développement de la marque et d’atteindre un chiffre d’affaires du chausseur dépassant la barre du milliard de dollars.

PARTAGEZ CET ARTICLE :