François-Henri Pinault va toucher une rémunération record de 21,8 millions d’euros au titre de l’exercice 2018, rapporte le journal Les Echos. L’année précédente, le patron du groupe de luxe Kering avait touché la somme de 2,7 millions d’euros.

La raison de cette rémunération record ? Le cumul du salaire de François-Henri Pinault, resté fixé à 1,2 million d’euros, de la rémunération variable liée aux performances du groupe, qui s’établit à 1,9 million d’euros, mais surtout la « rémunération variable pluri-annuelle », qui correspond aux 21.000 « KMUs », des unités monétaires propres à Kering, attribuées par le groupe en 2014 et 2015 par le conseil d’administration de Kering à François Henri-Pinault. Indexées sur le cours de Bourse de Kering (multiplié par 3,5 depuis 2014) et soumises à des conditions de performances financières du groupe qui ont été atteintes en 2018, ces KMUs ont donc représenté la somme de 18,6 millions d’euros.

« Les chiffres des rémunérations du PDG et du directeur général délégué versées en 2018 s’expliquent exclusivement par des mécanismes de rémunération variable de long terme, soumis à une formule mathématique indexée sur les performances du groupe », a souligné le groupe, contacté par l’AFP. Ces mécanismes « sont strictement corrélés aux performances financières du groupe et au parcours boursier de l’action Kering, donc alignés sur l’intérêt des actionnaires. C’est la performance exceptionnelle de Kering ces dernières années, y compris par rapport à son secteur, qui induit ces chiffres ».

Le groupe a par ailleurs précisé que « l’ensemble de ces rémunérations est soumis aux charges sociales et à l’impôt sur le revenu, de l’ordre d’environ 50% », et que François-Henri Pinault allait réinvestir en actions Kering la totalité de cette rémunération variable pluri-annuelle.

Au cours de l’exercice 2018, le groupe Kering a engrangé 13,66 milliards d’euros de chiffres d’affaires, en croissance de +26,3% en données publiées et de +29,4% en comparable.  Le groupe a également vu son résultat net progresser de +108,1% à 3,71 milliards d’euros tandis que son bénéfice net a augmenté de +49,3% à 2,8 milliards d’euros.

PARTAGEZ CET ARTICLE :