Après un premier semestre marqué par des « performances sensationnelles », Kering poursuit sur sa lancée et revendique une croissance organique en forte hausse au cours du troisième trimestre de son exercice 2018. Le groupe français, recentré sur ses activités Luxe après la cession de Puma et Volcom, a en effet vu ses ventes progresser de +27,5% en comparable, atteignant 3,4 milliards d’euros. Une performance supérieure au consensus des agences FactSet et Bloomberg, qui tablaient respectivement sur 3,26 et 3,23 milliards.

Le groupe de luxe a notamment pu compter sur le dynamisme de Gucci, qui poursuit sur sa dynamique de croissance avec un chiffre d’affaires qui s’établit à 2,09 milliards d’euros, en hausse de +34,9% en données publiées et de +35,1% en comparable. Des performances qui marquent toutefois un léger ralentissement, après +48,7% au premier trimestre et +40,1% au deuxième trimestre. La maison Saint Laurent a également vu ses ventes progresser de +16,1% en comparable, à 446 millions d’euros. Bottega Veneta enfin, troisième maison du groupe en terme de chiffre d’affaires, accuse un repli de -8,4% en raison du ralentissement de l’activité touristique en Europe de l’Ouest.

Sur l’ensemble des neuf premiers mois, le groupe a réalisé des ventes en hausse de +31,6% à 9,8 milliards d’euros. « Notre rythme de croissance est unique dans notre secteur. Cette croissance est saine, équilibrée et soutenue sur l’ensemble des régions et sur tous les canaux de distribution (…). Au-delà des aléas conjoncturels, la croissance structurelle du marché du luxe, mais aussi nos fondamentaux et la discipline avec laquelle nous mettons en œuvre notre stratégie, nous rendent confiants dans notre capacité à délivrer des performances opérationnelles et financières supérieures au marché » a déclaré François-Henri Pinault, Président-directeur général de Kering.

PARTAGEZ CET ARTICLE :