En difficultés financières depuis quelques années, la maison de couture Sonia Rykiel a été placée mardi en redressement judiciaire en vue d’une cession.

L’heure est au questionnement quant à l’avenir de la maison Sonia Rykiel. Selon le journal Les Echos, la maison de couture aurait été placée mardi en redressement judiciaire, afin de bénéficier d’une protection d’une durée de deux mois dans le but de se trouver un repreneur.

Fondée en 1968, emblématique du style rive gauche parisien, la griffe avait été rachetée en 2012 par le fonds First Heritage Brand, composé de Jean-Marc Loubier, de la famille Fung et du fonds singapourien Temasek. Après avoir pris 100% du capital de la maison en 2016, le fonds avait multiplié les initiatives afin de relancer la marque, en perte de vitesse depuis quelques années. En l’espace de 7 ans, ce sont quelque 200 millions d’euros qui avaient été investis, notamment dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire de la griffe l’an dernier. En 2016, un important plan de restructuration avait été mené, se soldant par le départ de quelque 80 salariés.

Malgré tous ces efforts, les ventes avaient continué à chuter pour la griffe parisienne, qui affichait l’an dernier un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros, contre 80 millions d’euros lors de son rachat en 2012, avec des pertes opérationnelles de 30 millions d’euros. Début 2019, la maison avait fermé ses magasins aux Etats-Unis, en Angleterre, en Belgique et en Luxembourg afin de réduire ses coûts. Au mois de mars dernier, elle s’était séparée de Julie de Libran, sa directrice artistique depuis 2014.

Grâce à son placement en redressement judiciaire, la griffe pourra poursuivre ses activités en attendant de trouver un nouveau propriétaire.

PARTAGEZ CET ARTICLE :