Flash info

Sur l’exercice 2016/2017 décalé, clos au 31 mars, le groupe suisse Richemont a subi de plein fouet le ralentissement du marché de l’horlogerie de luxe et la baisse de la demande, notamment à Hong Kong. Le numéro 2 mondial du luxe (après LVMH) a vu son bénéfice net chuter de -46% à 1,21 milliard d’euros, tandis que son chiffre d’affaires recule de -4% à 10,6 milliards d’euros. Un repli qui se serait limité à -2% sans l’effet des rachats de stocks de montres auprès des détaillants. Enfin, le bénéfice opérationnel du groupe genevois a diminué de -14% à 1,76 milliard d’euros.

Du côté des différents pôles, les ventes de la joaillerie ont reculé de -2%, celles de l’horlogerie de -11%. Seule la catégorie des autres activités, qui inclut notamment Lancel et Montblanc, affiche une hausse de +2%.

PARTAGEZ CET ARTICLE :