Le groupe SMCP, qui regroupe les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, chutait de plus de 8% hier à la Bourse de Paris, après l’annonce de ses prévisions pour l’exercice 2018. 

Malgré un cru 2018 marqué par une forte croissance, avec des ventes qui dépassaient pour la première fois la barre symbolique du milliard d’euros, le groupe français SMCP se montre prudent pour l’avenir. Dans un communiqué, le groupe a indiqué viser une croissance de son chiffre d’affaires « comprise entre +9% et +11% à taux de change constant » après une croissance de +13% en 2018, ainsi qu’une marge d’EBITDA ajustée « stable par rapport à 2018 ». Des perspectives prudentes, justifiées par l’impact des gilets jaunes sur le marché français mais aussi le Brexit.

« En 2019, les conditions de marché devraient rester volatiles, marquées par l’évolution des politiques commerciales, les incertitudes géopolitiques ainsi que les variations des taux de change. Dans ce contexte, SMCP restera focalisé sur les priorités qu’il s’est fixé pour 2019 : l’excellence opérationnelle de son réseau de distribution, l’accélération de sa transformation digitale et le renforcement de sa plateforme internationale qui lui permettra de soutenir ses opportunités de croissance« , indique le groupe dans un communiqué.

Au cours de l’exercice 2018, les ventes du groupe SMCP avaient atteint 1,017 milliard d’euros, en progression de +13% à taux de change constants, et avait vu son résultat net s’élever à 50,2 millions d’euros, contre 6,3 millions en 2017. En 2017, le résultat net de SMCP intégrait -38,6 millions d’éléments exceptionnels liés à l’introduction en bourse.

PARTAGEZ CET ARTICLE :