Au cours des trois premiers mois de l’exercice 2018, les ventes du groupe de luxe italien Tod’s S.p.A affichent un léger recul de -1,8% à taux de change constants, à 234,1 millions d’euros. Des résultats « conformes » aux attentes du groupe, qui précise que les effets du nouveau modèle économique mis en place ne sont pas encore visibles. « Nous sommes en train d’instaurer notre nouvelle stratégie et toutes les personnes concernées travaillent extrêmement dur, a souligné Diego Della Valle, président et CEO de Tod’s S.p.A. Nous poursuivons invariablement notre objectif de maintenir la qualité de nos produits au plus haut niveau qui soit, tout en mettant l’accent sur la puissance créative ».

Du côté des marques gérées par le groupe italien, seule Tod’s affiche des résultats en légère progression à 124,6 millions d’euros, en hausse de +1,6%. Fragilisées par des « difficultés » sur le marché italien, les ventes de Hogan reculent de -5,2%, celles du chausseur Roger Vivier de -2,8%, tandis que Fay chute de -12% en raison de « la faiblesse du marché domestique, principalement dans le wholesale ».

En effet, toutes marques confondues, les ventes ont reculé de -11,6% en Italie, qui constitue le principal marché du groupe Tod’s avec 70,2 millions d’euros de chiffre d’affaires au premier trimestre. L’Europe en revanche revendique une progression de +1,9%, +2,3% pour l’Amérique et +44% pour la Chine.

« Concernant notre distribution, nous sommes en train de passer à un nouveau modèle omnicanal, afin de connecter nos magasins et notre site e-commerce, dont la croissance est très rapide, poursuit Diego Della Valle. Nous renforçons les équipes marketing et communication, afin de saisir efficacement toutes les opportunités liées au digital (…). Par conséquent, je suis persuadé que si la mise en oeuvre du nouveau plan stratégique se poursuit conformément à nos attentes, nous pouvons obtenir d’excellents résultats dans un délai raisonnable ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :