Engagée depuis plus de trente ans dans la préservation et le soutien aux métiers d’art, la maison Chanel renforce son soutien à ces savoir-faire d’exception avec la création de son premier pôle dédié. Lundi 17 septembre, Bruno Pavlovsky, président de Chanel SAS, la maire de Paris Anne Hidalgo et la maire d’Aubervilliers Meriem Derkaoui, posaient la première pierre de cet impressionnant projet, qui devrait voir le jour à l’horizon 2020. 

Pour installer sa nouvelle manufacture, la maison a mis le cap sur la ville d’Aubervilliers. Un choix pour le moins singulier, mais qui témoigne de l’engouement croissant des maisons de luxe pour les communes de banlieue, et notamment de la Seine-Saint-Denis. Après avoir investi la ville de Pantin, également plébiscitée par Hermès et l’école ESMOD, c’est sur le site de la Porte d’Aubervilliers, à cheval entre le 20e arrondissement parisien et la ville d’Aubervilliers, que la vénérable maison de couture inaugurera d’ici quelques années, sa flambant neuve « manufacture de la mode ».

Déployé sur 25 000 m2 et installé sur un terrain de 9 000 m2, le projet a été confié à l’architecte Rudy Ricciotti, à l’origine du Mucem de Marseille ou du stade Jean-Bouin à Paris. Il prendra la forme d’un bâtiment de cinq étages, paré d’une incroyable exostructure en dentelle de béton blanc, dont le coût total devrait avoisiner les 45 millions d’euros. Un écrin aussi colossal que raffiné, qui aura vocation à permettre à Chanel de poursuivre son engagement historique envers les métiers d’art, initiée en 1985 et désormais orchestrée par sa filiale Paraffection. Au total, c’est une quinzaine d’ateliers et près de 600 artisans, pour l’instant éparpillés à Paris et communes alentours, qui feront leur arrivée au sein de la manufacture.

PARTAGEZ CET ARTICLE :