Il s’agit d’une transformation de l’ancien couvent des franciscaines datant du XIXe siècle en un centre culturel dernière génération, qui accueillera un musée de 500 toiles du peintre de la marine, André Hambourg, une médiathèque comprenant deux fonds documentaires spécialisés issus de donations – l’un sur l’histoire de Deauville, l’autre sur la filière hippique – ainsi qu’un auditorium de 240 places, avec gradins rétractables en remplacement  de l’actuelle chapelle. Depuis le 9 janvier, une quinzaine de professionnels du bâtiment s’affairent à la démolition du site qui doit héberger, à l’automne 2019, le pôle culturel des Franciscaines.

Le futur auditorium + logo de l’article Photos : © agence Moatti-Rivière.

La cour intérieure du site se transformera en « zone d’espace temporaire ». Il s’agira d’une galerie d’expositions. Une partie importante dédiée à la photographie s’est par ailleurs greffée au projet initial. Cette zone couverte sera agrémentée de terrasses et d’un puits de lumière. Les façades des bâtiments du couvent, dont les premières datent de 1870, vont « être entièrement restaurées ».

Comme le décrit le cabinet Moati Rivière, cabinet d’architecture retenu pour le projet : « Tout l’enjeu consiste à retourner ce lieu privé en un lieu public, ouvert, qui s’extériorise et appartient à tout le monde. Par sa monumentalité à l’échelle de la ville, le haut portail toujours ouvert, signifie clairement son nouveau statut de lieu culturel public. Le projet architectural sublime tous les éléments historiques conservés. La façade principale du couvent 19e est conservée et prolongée d’une extension contemporaine par un travail sans rupture. Rénové et dégagé du mur d’enceinte protecteur, l’ensemble est posé sur un nouveau parvis, mêlant végétal et minéral.

Le schéma d’organisation du bâtiment est volontairement simple, articulé autour d’un grand axe vertical et d’un grand plan horizontal, dans lequel le visiteur se repère et se déplace facilement. Les Franciscaines se recomposent autour de deux grands carrés qui prolongent l’histoire des lieux. Au carré du cloître originel, répond en miroir celui de la salle des expositions, structure nouvelle comparable par sa géométrie et son architecture. Cet élément complète naturellement l’ancien. Les deux structures, cloître et salle des expositions, sont couvertes avec une intention très contemporaine, l’une par un grand lustre monumental, l’autre par un puits central qui permet d’accueillir ou d’occulter la lumière naturelle selon les expositions ».

On découvrait récemment dans les lignes du journal le Pays D’auge, que le montant des travaux s’élève à ce jour à 26,6 millions d’euros toutes taxes comprises (études, maîtrise d’œuvre, travaux, programmation et missions annexes). L’achat des lieux ayant nécessité la somme de 4,2 millions d’euros, le gros du budget revient bien sûr au réaménagement du site.


          Visuel© ecib.

La première phase de travaux a déjà été financée de 13,7 millions pour l’année en cours. Lors du vote du budget 2018, le conseil municipal de Deauville avait notamment annoncé que les Franciscaines faisaient l’objet de subventions publiques à hauteur de 6,3 millions d’euros, dont 4 millions fournis par la Région dans le cadre du contrat de territoire.

Avis aux amateurs, il semblerait que la collectivité continue de rechercher des partenaires et des financements privés.

*********************

Fiche technique
Concours Lauréat

Maître d’ouvrage : ville de Deauville
Localisation : avenue de la République, 14800 Deauville
Surface : 6 400 m²
Mission : architecture
Coût travaux H.T. : 15,5 M€
Livraison : 2019

Equipe maîtrise d’œuvre :
Agence Moatti – Rivière, architecte mandataire
Bureaux d’études : Projex (BET TCE), D’ICI LA (Paysagiste), Cabinet ECIB (Economiste), AVEL Acoustique (Acousticien), VTIC (Multimédia)

PARTAGEZ CET ARTICLE :