Figure emblématique de l’horlogerie suisse, le truculent Jean-Claude Biver a annoncé se retirer de la direction opérationnelle du pôle horloger du groupe LVMH, qui regroupe les marques Tag Heuer, Hublot et Zénith.

« J’abandonne mes responsabilités opérationnelles mais je reste en tant que président non exécutif de la division montres de LVMH », a précisé le dirigeant âgé de 69 ans, atteint depuis plusieurs mois de soucis de santé.

Figure majeure de l’industrie horlogère, Jean-Claude Biver compte parmi ses faits d’armes, le réveil de la maison Blancpain dans les années 80, le redressement d’Omega quelques années plus tard, et l’incroyable essor de la manufacture Hublot, qui passera en 2008 sous le giron de LVMH. Chez TAG Heuer, il avait été à l’initiative de la première montre connectée de l’industrie du luxe, lancée en 2015.

Pour lui succéder, c’est Stéphane Bianchi, ancien dirigeant d’Yves Rocher et membre du conseil du groupe suisse Maus, qui a été appelé par le groupe LVMH pour prendre les rênes de la division horlogère du groupe. Il dirigera directement la marque TAG Heuer, tandis que les responsables des marques Hublot et Zénith seront sous son autorité. Par ailleurs, le groupe a également officialisé la nomination de Frédéric Arnault, fils du patron du groupe de luxe Bernard Arnault, qui prendra la tête de la stratégie et du digital de la manufacture suisse, pour laquelle il était déjà en charge de l’activité montres connectées.

PARTAGEZ CET ARTICLE :