Olympia Le-Tan fait ses adieux à sa griffe éponyme. Sur Instagram, la créatrice connue pour ses minaudières espiègles en forme de livres, a annoncé la fin de son aventure à la tête de la marque qu’elle avait fondé en 2009.

« J’ai commencé ce voyage il y a vingt ans sur la table de la cuisine de ma mère, avec mes deux mains, une aiguille et du fil, et l’idée naïve de créer un monde pour les femmes, combinant amour de l’artisanat, livres, fantaisie, sexe et nostalgie », écrit-elle dans un post partagé lundi 9 juillet.

« Grâce à mon équipe remarquable, à de merveilleux artistes et artisans, à l’amour et au soutien de mes amis, de ma famille et de vous tous, j’ai réussi à construire un travail dont je suis incroyablement fière. Malheureusement, comme dans tous les voyages, il y a des obstacles sur le chemin. Aussi étrange que cela puisse paraître, à compter d’aujourd’hui, je ne suis plus affiliée à la marque Olympia Le-Tan. Mais je suis sûre que le prochain chapitre à venir sera tout aussi enchanteur et excitant », annonce-t-elle, sans donner davantage de détails quant à l’avenir de la griffe ou d’éventuels nouveaux projets professionnels.

Passée par les studios de Chanel et Balmain après avoir étudié à l’Institut d’art de Paris, Olympia Le-Tan avait lancé sa marque d’accessoires en 2009, avec le concours de son associé Grégory Bernard. Rapidement, ses collections ludiques et originales d’accessoires avaient suscité un fort engouement, et ses minaudières brodées reprenant les grands classiques de la littérature, avaient été aperçues aux bras de nombreuses célébrités. En 2012, la griffe avait diversifié son offre avec une ligne de prêt-à-porter féminin et en 2014, elle inaugurait son premier écrin parisien, rue des Petits-Champs.

PARTAGEZ CET ARTICLE :