La Compagnie de la Baie d’Hudson a annoncé ce mardi la fermeture d’une dizaine de magasins Lord & Taylor, l’une de ses filiales, comprenant notamment celle du flagship historique de l’enseigne sur la Cinquième Avenue à New York. Une décision liée aux pertes enregistrées par le groupe canadien au cours du dernier trimestre, et qui témoigne des difficultés rencontrées par le secteur du retail et les grands magasins depuis plusieurs trimestres.

C’est une véritable page qui se tourne pour la chaîne de grands magasins Lord & Taylor, mais aussi pour les new-yorkais. Au cours de l’année 2019, le flagship store historique de l’enseigne, situé sur la mythique Cinquième Avenue à Manhattan, fermera ses portes. En cause, les difficultés financières rencontrées par Hudson Bay Company, qui enregistre une perte nette de plus de 400 millions de dollars canadiens au cours du premier trimestre 2018, contre 221 millions à la même période l’an dernier. Les ventes ont progressé de +1% à 3,1 milliards de dollars canadiens, mais affichent toutefois une baisse de -0,7% à taux comparables.

Dans ce contexte, le groupe canadien a annoncé sa décision de céder le groupe Gilt, spécialisé dans les ventes éphémères en ligne, à son concurrent Rue La La, pour un montant non communiqué. Par ailleurs, Hudson Bay Company a également fait part de sa volonté de réduire ses actifs immobiliers en fermant une dizaine de magasins Lord & Taylor, afin de se concentrer sur les activités numériques de l’enseigne. Un plan qui se traduira notamment par la fermeture du magasin historique de la chaîne, installé sur la Cinquième Avenue à New York depuis 1914. L’édifice, entièrement rénové en 2010 pour un montant de 150 millions de dollars, avait été vendu l’an dernier à la société américaine WeWork, spécialisée dans la création d’espaces de travail, pour la somme de 850 millions de dollars.

PARTAGEZ CET ARTICLE :