La griffe de luxe italienne Prada s’est retrouvée au coeur de la polémique après avoir présenté une petite figurine, baptisée Otto et déclinée en différents articles, jugée raciste par les clients et les internautes. 

Après Dolce & Gabbana, récemment sous le feu des critiques suite à une publicité jugée raciste, c’est au tour de Prada de s’attirer les foudres des internautes. En cause : Otto, un petit personnage imaginé par la marque dans le cadre de sa collection Pradamalia, et décliné en divers accessoires, tels que des porte-clefs, des bijoux, ou des étuis de téléphone. Problème, la petite figurine, sensée représenter une « créature imaginaire » selon Prada, évoque indéniablement le « blackface ».

C’est une avocate américaine, Chinyere Ezie, qui a attiré l’attention sur ces produits, considérés racistes et dénigrants, dans un post Facebook largement relayé et commenté par les internautes. « Alors que je revenais à New York après une visite touchante du Smithsonian National Museum of African American History and Culture, qui proposait une exposition sur le « blackface », je suis passée à côté du magasin Prada de Soho et j’ai été confrontée aux mêmes images racistes et dénigrantes », écrit l’avocate, en postant également des photos des articles incriminés. Un post rapidement devenu viral, et partagé plus de 10 000 fois en quelques heures seulement.

Face à l’ampleur de la polémique, la marque Prada a rapidement réagi via son compte Twitter.  « Le groupe Prada a horreur des images racistes. Les Pradamalia sont des charmes fantastiques composés d’éléments de l’œuvre de Prada. Ce sont des créatures imaginaires qui ne sont censées faire référence au monde réel et certainement pas au ‘blackface’, a expliqué la marque. Prada n’a jamais eu l’intention d’offenser qui que ce soit et nous abhorrons toutes les formes de racisme et d’images racistes ».  Suite à ces explications, la griffe a également retiré de la vente tous les produits à l’effigie d’Otto.

PARTAGEZ CET ARTICLE :