Alors que les marques de luxe sont de plus en plus nombreuses à bannir la fourrure animale de leurs collections, la maison Chanel a annoncé lundi 3 décembre renoncer à l’utilisation de cuirs exotiques dans ses collections, notamment de maroquinerie.

Une décision motivée principalement par un souci d’éthique et de traçabilité dans l’approvisionnement de ces matières. « Il nous est de plus en plus difficile de nous procurer des peaux exotiques – crocodile, lézard, serpent et galuchat – correspondant à nos exigences en matière d’éthique » explique Bruno Pavlovsky, président des activités mode de Chanel, interrogé par Le Figaro. « Aujourd’hui, un sac exotique doit sa valeur essentiellement à sa matière première et peu à la main. Nous, nous allons privilégier la création, beaucoup le savoir-faire, les finitions, pour obtenir des objets d’exception à partir de matières nobles dont nous maîtrisons complètement le sourcing », a t-il ajouté.

La fourrure, elle, restera d’actualité. « Nous en utilisons très peu en réalité, dans nos collections », a expliqué M. Pavlovsky. Et comme pour le cuir, nous continuons de travailler avec la filière alimentaire et avec des fournisseurs certifiés, traçables ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :