Nouvelle victoire pour Christian Louboutin dans la bataille pour l’exclusivité de ses fameuses semelles rouges signature. Le chausseur français a annoncé vendredi avoir remporté son procès contre une société néerlandaise accusée de copier ses célèbres escarpins à semelles rouges. 

C’est d’une bataille judiciaire de longue haleine dont Christian Louboutin vient de sortir vainqueur. Le 6 février dernier, le tribunal de district de La Haye reconnaissait officiellement la valeur des célèbres semelles rouges des souliers Louboutin en tant que marque déposée, en ordonnant à la société Van Haren de stopper la vente d’un modèle similaire à ceux de la marque de luxe française. La société devra par ailleurs verser des dommages et intérêts à Christian Louboutin, mais aussi détruire toutes les copies existantes du modèle incriminé et fournir des détails sur tous les magasins où il a été vendu.

En 2012, Christian Louboutin avait lancé une procédure en contrefaçon contre la société néerlandaise Van Haren pour avoir commercialisé des escarpins arborant une semelle rouge. L’entreprise, qui jugeait « nulle » la semelle rouge en tant que marque déposée, avait été condamnée en première instance. En deuxième instance, le tribunal de la Haye avait saisi la Cour de justice de l’Union européenne, qui avait tranché en faveur de Christian Louboutin en confirmant qu’une couleur pouvait être déposée et enregistrée comme une marque. Le jugement du tribunal néerlandais est donc conforme à la décision rendue par la CJUE au mois de juin dernier.

« Christian Louboutin accueille chaleureusement ce nouveau jugement, qui renforce encore les décisions favorables concernant la validité de la marque des semelles rouges déjà émise dans de nombreux pays », s’est réjouie la marque dans un communiqué. « La société continuera à protéger et à faire respecter ses droits de marque sur sa semelle rouge iconique dans le monde entier ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :