Après plusieurs semaines de suspense, se déroulait mercredi 6 juin, sous les voiles de la Fondation Vuitton, la remise des prix du très prestigieux LVMH Prize. Alors que les jeunes créateurs s’étaient empressés d’envoyer leur candidature pour décrocher le précieux sésame (ils étaient 1 300 à tenter leur chance cette année), c’est finalement Doublet, la griffe fondée par le créateur japonais Masayuki Ino, qui s’est attiré les faveurs du jury et succède à la Française Marine Serre, au titre de grand vainqueur de cette cinquième édition du LVMH Prize. Un jury haute couture, rassemblant huit directeurs artistiques des maisons du groupe LVMH, séduit par la vision du créateur transgressant les genres et les frontières dans un style à la fois urbain et audacieux. « Nous avons été impressionnés par l’ingéniosité contemporaine qui émane des créations de Masayuki Ino pour Doublet, une vision urbaine empreinte d’un sportswear racé et ludique », a déclaré Delphine Arnault, directrice générale adjointe de Louis Vuitton. Le créateur remporte une dotation d’un montant de 300 000 euros, ainsi qu’une année de mentorat avec les experts du groupe de luxe.

Le prix spécial du jury a été décerné au créateur Rokh, qui remporte la somme de 150 000 euros ainsi qu’une année de mentorat. Le designer coréen a su convaincre le jury grâce à « ses silhouettes à la fois féminines, sensuelles et conquérantes, et par sa maîtrise de coupes complexes », selon les mots de Delphine Arnault. Enfin, le Prix des Jeunes Diplômés a été attribué à Archie M. Alled-Martinez (Central Saint Martins), Maya Chantout (Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne) et Scylia Chevaux (Accademia Costume & Moda), qui rejoindront respectivement les maisons Givenchy, Céline et le studio Louis Vuitton, dans le cadre d’un stage d’un an.

PARTAGEZ CET ARTICLE :