Sous le feu des critiques depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, Ivanka Trump a annoncé sa décision de mettre un terme à sa marque éponyme de vêtements et d’accessoires, afin de limiter les conflits d’intérêts avec sa fonction de conseillère à la Maison Blanche.

« Après dix-sept mois à Washington, je ne sais pas si je reprendrai un jour cette activité, mais je sais que, jusqu’à nouvel ordre, mon attention se porte sur ce que je fais ici. Cette décision est la seule voie juste pour mon équipe et mes associés », a déclaré la fille de Donald Trump dans un communiqué. Les dix-huit salariés de la griffe vont être licenciés.

Lancée en 2011, la marque d’Ivanka Trump avait connu un franc succès durant la campagne présidentielle, avant de subir le contrecoup de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. De nombreux distributeurs, parmi lesquels Nordstrom et Neiman Marcus aux Etats-Unis et Hudson Bay au Canada, avaient choisi de ne plus vendre d’articles de la griffe. Suite à ce désengagement, la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, avait profité d’un passage à la télévision pour faire la promotion des produits siglés Ivanka Trump, suscitant une véritable polémique autour de potentiels conflits d’intérêts et des critiques de la part des opposants de Trump, accusant Ivanka Trump de profiter de la position de son père et de la sienne en tant que conseillère, pour promouvoir ses affaires. Une vaste campagne de boycott de la griffe avait alors été mise en place par différentes organisations et associations.

Ce mardi 24 juillet, la fille aînée du président américain a donc annoncé sa décision d’arrêter ses activités dans l’industrie de la mode afin de mettre un terme à la polémique et, selon ses propos, se consacrer à son rôle de conseillère à la Maison Blanche.

PARTAGEZ CET ARTICLE :