Selon différents médias, Levi Strauss aurait déposé plainte auprès du tribunal du district de San Francisco à l’encontre de la griffe Kenzo, propriété du groupe LVMH. Le fabricant de blue-jeans américain accuserait en effet cette dernière, d’infraction présumée au droit des marques, pour avoir apposé des étiquettes sur les poches arrière de ses pantalons, notamment les modèles issus de la collection Memento N° 2, incarnée par la chanteuse Britney Spears.

La plainte déposée par Levi Strauss invoquerait le risque de perdre des ventes ainsi que des « dommages irréparables et incalculables ». Par ailleurs, le fabricant affirmerait également que les étiquettes utilisées par Kenzo pourraient plonger les consommateurs dans la confusion.

Levi Strauss aurait adressé à Kenzo plusieurs lettres de cession et de désistement, demandant le retrait de la vente des pièces portant une étiquette similaire à celle du fabricant de jeans. La marque de luxe française n’aurait pas donné suite à ces requêtes.

En conséquence, Levi’s aurait demandé au tribunal d’ordonner à Kenzo l’arrêt immédiat et définitif de « la fabrication, la production, l’approvisionnement, la vente, la distribution, la publicité et la promotion de tout produit présentant des mots ou symboles ressemblant à la marque déposée Levi’s et susceptibles de créer une confusion, une erreur ou une tromperie, concernant une connexion avec un produit qui n’a pas été autorisé par ou pour Levi’s ». La griffe américaine réclame des dommages et intérêts, dont le montant sera déterminé au cours du procès.

PARTAGEZ CET ARTICLE :