Ce mardi 12 juin, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a tranché en faveur de Christian Louboutin en confirmant qu’une couleur pouvait être déposée et enregistrée comme une marque, permettant ainsi au chausseur de protéger l’exclusivité de ses célèbres semelles rouges.

Une véritable victoire pour Louboutin, qui bataille depuis plusieurs années pour empêcher les marques concurrentes de distribuer des souliers à semelles rouges, signature de la griffe. En 2013, la maison avait ainsi lancé une procédure en contrefaçon contre la société néerlandaise Van Haren, pour avoir commercialisé des escarpins arborant une semelle rouge. L’entreprise, qui jugeait « nulle » la semelle rouge en tant que marque déposée, avait été condamnée en première instance. En deuxième instance, le tribunal de la Haye avait finalement saisi la CJUE afin de pouvoir statuer sur l’accusation de contrefaçon portée contre Van Haren. Suite à la décision de la justice européenne, le tribunal de la Haye devrait donc définitivement trancher en faveur de la maison Louboutin.

« La couleur rouge apposée sur la semelle d’un soulier à talon haut pour femme est une marque de position, comme le soutient la maison Christian Louboutin depuis de nombreuses années. La maison Christian Louboutin se félicite de cet arrêt qui confirme la pleine validité de la marque « semelle rouge » a commenté l’enseigne dans un communiqué.

Une nouvelle victoire pour le chausseur, qui avait déjà remporté une manche contre le maroquinier Kesslord, condamné au mois de mai dernier par la cour d’appel de Paris, à payer 7 500 euros à Louboutin, reconnaissant par ailleurs  le caractère « exclusif » du rouge utilisé par la marque.

PARTAGEZ CET ARTICLE :