Partenaire d’Yves Saint Laurent à la ville comme aux affaires, businessman avisé, militant engagé et figure incontournable du milieu culturel français, Pierre Bergé s’est éteint ce vendredi 8 septembre, des suites d’une « longue maladie ». Il avait 86 ans.

Né en 1930 à Saint-Pierre d’Oléron, Pierre Bergé fait incontestablement partie des personnalités qui auront marqué le XXème siècle. Arrivé à Paris en 1948 avec l’ambition de devenir journaliste ou écrivain, pour finalement se tourner vers le courtage en éditions originales, il fréquente toute l’intelligentsia littéraire de l’époque, d’Aragon à Camus en passant par Sartre et Breton et fonde la revue La Patrie Mondiale, dont seulement deux numéros verront le jour. Compagnon du peintre Bernard Buffet, dont il gère activement la carrière, et rencontre Jean Giono, qui occupe dans sa vie une place importante.

Bernard_Buffet_Jean_Giono_Pierre_Berge

Bernard Buffet, Jean Giono, Pierre Bergé, 1950 © DR

Pierre Bergé et Yves Saint Laurent

C’est en 1958 que la vie de Pierre Bergé prend un nouveau tournant, lorsqu’il rencontre Yves Saint Laurent, alors âgé de 22 ans et styliste chez Dior. Persuadé du talent de celui qui partage désormais sa vie, Pierre Bergé co-fonde avec Yves la maison de couture Yves Saint Laurent, qu’il dirigera d’une main de fer jusqu’en 2002. En parallèle, il deviendra l’une des figures incontournables de l’industrie de la mode, et sera nommé Président de la Chambre syndicale du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode en 1973. Il sera également à l’initiative de l’Institut Français de la Mode (IFM), qui compte aujourd’hui parmi les écoles de mode les plus réputées à l’échelle internationale. Depuis 2002, il était le président de la Fondation Pierre Bergé -Yves Saint Laurent, fondée en 2002 avec la vocation de préserver et valoriser le patrimoine et l’héritage de la maison Yves Saint Laurent.

Yves_Saint_Laurent_et_Pierre_Berge_Fondation_Pierre_Berge_Yves_Saint_Laurent_Paris_2002_Patrick_Demarchelier

Yves Saint Laurent et Pierre Bergé Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, Paris, 2002 © Patrick Demarchelier

Mécénat et soutient à la culture

Amoureux de l’Art et des Belles Lettres, Pierre Bergé a également joué un rôle d’importance sur la scène culturelle française. En 1977, il rachète le Théâtre de l’Athénée – Louis Jouvet, qu’il dirige jusqu’en 1982. Ayant fait fortune grâce au succès sans frontières de la maison Yves Saint Laurent, l’homme d’affaires se fait mécène, et soutient notamment l’acquisition d’une toile de Georges de La Tour par le musée du Louvre, la rénovation de deux salles de la National Gallery à Londres, ou encore la rénovation et les aménagements intérieurs du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou et l’exposition Picasso Érotique au Jeu de Paume à Paris. Grands collectionneurs d’art, Pierre Bergé et Yves Saint Laurent avaient constitué durant un impressionnant ensemble d’oeuvres d’art, peintures et objets en tous genres, qui avait fait l’objet d’une impressionnante vente aux enchères en 2008_ que d’aucuns qualifient de « vente du siècle »_ et dont une partie de 375 millions d’euros de recettes sera en partie reversée à la recherche contre le SIDA.

Homme de convictions

Car au-delà de l’hommes d’affaires et de culture, Pierre Bergé s’est également illustré tout au long de son existence comme un homme de convictions. Militant avant l’heure des droits des homosexuels et de la lutte contre le SIDA, il fonde en 1994 avec Line Renaud l’association Sidaction, et participe en 1995 au lancement du magazine gay Têtu. En parallèle, l’homme d’affaires apporte son soutient à différentes associations, parmi lesquelles Act’Up, également mobilisée contre le SIDA, et SOS Racisme.

Homme de gauche, il se lie d’amitié avec François Mitterrand dès 1984, et soutient activement sa candidature à l’élection présidentielle de 1988, en lançant notamment le magazine Globe. Par la suite, il appuiera la candidature de Jacques Chirac puis Ségolène Royal aux présidentielles et Bertrand Delanoë aux élections municipales parisiennes. Lors des présidentielles de 2017, il avait affiché son soutient à Emmanuel Macron.

Nommé Grand Mécène des Arts et de la Culture en 2001, il avait reçu en 2015 l’insigne de Grand Officier de la Légion d’honneur des mains de François Hollande en 2015, et la distinction de Grand-Croix de l’Ordre du Ouissam Alaouite pour les services éminents rendus au Royaume du Maroc décernée par le Roi du Maroc Mohammed VI en 2016.

Un peu plus tôt cette année, Pierre Bergé avait épousé le paysagiste américain Madison Cox. Ce vendredi 8 septembre, quelques semaines avant l’inauguration des Musées Yves Saint Laurent de Paris et de Marrakech, Pierre Bergé s’est éteint au sein de sa demeure de Saint-Rémy-de-Provence.

Francois_Mitterrand_et_Pierre_Berge_Paris_circa_1990_DR

François Mitterrand et Pierre Bergé Paris, circa 1990 © DR

PARTAGEZ CET ARTICLE :