Vendredi 29 juin se tenait la dernière ligne droite du Grand Prix de l’ANDAM, qui récompense chaque année depuis 1989, les talents émergents de la scène mode. Les quatorze finalistes ont ainsi pu présenter leur projet stratégique et créatif à un jury composé de vingt-quatre professionnels de l’industrie, chargé de déterminer les lauréats pour le Prix du Label Créatif, le Prix Accessoires de Mode, le Prix de l’Innovation, et le prestigieux Grand Prix de l’ANDAM. 

Après Glenn Martens pour la marque Y/Project, c’est au tour du créateur français Antonin Tron, à la tête de l’enseigne Atlein, de décrocher le très convoité Grand Prix de l’ANDAM. Diplômé de l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, passé chez Vuitton, Givenchy et Balenciaga, le jeune designer avait lancé en 2016 son propre label, Atlein, griffe déjà récompensée du Prix Des Premières Collections de l’Andam dès son année de lancement. Il remporte la somme de 250 000 euros et bénéficiera du parrainage de Pierre-Yves Roussel, membre du Comité exécutif du groupe LVMH, pendant une durée de deux ans.

Le Prix du Label Créatif, doté de 100 000 euros et d’une année de mentorat dispensée par Natalie Kingham, directrice des achats de MATCHESFASHION.COM, a été décerné à Ludovic de Saint-Sernin pour sa marque éponyme de prêt-à-porter masculin, tandis que le Prix Accessoires de Mode a été attribué à Stéphanie d’Heygère pour sa ligne de bijoux. Elle remporte une dotation de 50 000 euros ainsi que l’accompagnement de Nadja Swarovski, membre du Comité exécutif de Swarovski, durant un an. Enfin, le Prix de l’Innovation, initié l’an dernier dans le but de « récompenser les projets technologiques innovants appliqués à la mode » a été remis à l’entreprise britannique Colorfix, spécialisée dans le développement de teintures respectueuses des ressources naturelles et de l’environnement. La société remporte 30 000 euros, ainsi qu’un accompagnement global de la part de Clarisse Reille, directrice générale du DÉFI.

PARTAGEZ CET ARTICLE :